Ligue Paris Ile de France de Vol Libre

Boomerang en Ligue Paris ile de France (PIDF)

Le Boomerang en ile de France, oui c’est possible ! Cette fabuleuse activité a rejoint notre fédération en 2012, et nous sommes une des (trop) rares ligues à proposer cette discipline. Comme toute discipline sportive, les compétitions montrent combien il est difficile de conjuguer rapidité et adresse. Si vous désirez vous initier au lancer de boomerang, rapprochez-vous des clubs PIDF. Tenez-vous au courant des manifestations ou est présent le boomerang sur notre calendrier. Fréquemment le boomerang et le cerf volant sont associés lors des manifestations de plein air.

Un Peu d'Histoire

BoomerangLe boomerang serait dérivé du bâton de jet, arme ancienne (d'appellation moderne « killing stick »), qui se présente comme un bâton à lancer dont la forme aérodynamique et la mise en rotation permettent d'accroître la portée (jusqu'à 150 mètres). Initialement taillé dans du bois ou de l'os, un bâton de jet de chasse ou de guerre (?) est conçu pour voler en ligne droite. L'énergie accumulée en rotation stabilise la trajectoire de l'objet. Il ne revient pas vers son lanceur, même s'il manque son but.

Une variante de ce projectile possède la propriété de revenir vers son lanceur s'il est lancé correctement ; cette qualité devait être pour les aborigènes australiens l'occasion d'exercices de jeu et d'adresse. Pour la même raison, on s'intéresse aujourd'hui à ce type d'objet volant, ce qui explique que le terme « boomerang » s'entende généralement pour un objet volant revenant vers son point de départ.

Le boomerang n'est pas spécifique à l'Australie : un bâton de jet ancêtre direct des objets de type boomerang vieux de 23 000 ans, a été retrouvé en 1985 lors de fouilles archéologiques à Oblazowa2 en Pologne. Il s'agit d'un objet en ivoire.

Mais les projectiles de type boomerang véritablement capables de retour en Europe ne sont attestés qu'à l'époque du deuxième âge du fer vers 800 avant notre ère à Magdebourg (Allemagne)3 et à l'époque de la tène, 300 ans avant notre ère, à Velsen(Pays bas)4.
Des objets coudés en bois recouverts d'or pouvant être des boomerangs ont été retrouvés en Égypte dans la tombe du pharaon Toutânkhamon (1 350 ans av. J.-C.)6 et un bâton de jet gaulois (120 à 80 ans av. J.-C.), proche d'un objet de type boomerang mais servant probablement plutôt à chasser les oiseaux, a été découvert à Urville-Nacqueville (France).

Caractéristiques du Boomerang

Un boomerang « classique » de sport possède deux pales, reliées par un coude plus ou moins arrondi, ouvertes d'un angle variable (entre 60 et 120 degrés). Le modèle le plus courant est un coude d'un angle d'environ 107°. Les pales ont un profil d'aile d'avion, arrondi au bord d'attaque et plus plat vers le bord de fuite. L’envergure est de l'ordre de 40 à 50 cm, le poids varie entre 30 et 140 grammes, en moyenne 120 grammes. Le centre de gravité est situé quelque part "dans le vide" entre les deux pales. Il existe des boomerangs de droitier et de gaucher, les bords de fuite et d'attaque sont alors inversés. Il existe des modèles à trois ou quatre pales, qui vont généralement moins loin mais qui reviennent à leur expéditeur plus facilement (le tripale particulièrement).

Boomerangs modernes et la Compétition

Un boomerang a une trajectoire courbe, il est construit et lancé de telle sorte qu'il revienne vers son point de départ. Les pales du boomerang produisent des forces aérodynamiques : la portance, perpendiculaire au plan de la pale, la traînée, dirigée dans le plan de la pale et vers l'arrière, freine l'engin et ralentit sa rotation (mais n'intervient pas dans le retour). Ces forces aérodynamiques dépendent de la vitesse de translation (par rapport à l'air) et de la vitesse de rotation.
Les différents types d'épreuve.

Chaque épreuve a souvent son boomerang bien spécifique permettant d'atteindre plus facilement les objectifs de l'épreuve.

Boomerang

  • La vitesse : il s'agit de rattraper le boomerang 5 fois en un minimum de temps (*)
  • L'endurance : il faut rattraper le boomerang un maximum de fois en l'espace de 5 minutes (*)
  • La précision : il s'agit de faire tomber (pas de rattrapage) le boomerang le plus près du centre de la cible (au sol) depuis laquelle on le lance (*)
  • Le M.T.A. (Maximum de Temps en l'Air) : il s'agit de lancer le boomerang afin qu'il vole le plus longtemps possible. On utilise des boomerangs assez typés avec une pale plus longue que l'autre, et très légers
  • La distance : il s'agit d'envoyer le boomerang le plus loin possible avec retour derrière la ligne de lancer
  • Lancers consécutifs (ou rattrapages) : il s'agit de lancer (et rattraper) le boomerang le plus de fois possibles, consécutivement, le boomerang doit parcourir une distance de 20 m minimum depuis le lieu du lancer
  • L'acrobatique (ou Free-style) : il s'agit de faire des figures en rattrapant le boomerang
  • L'Aussie-Round : épreuve complète associant une épreuve de distance, de précision et de rattrapages
  • etc...

Records de France

  • Vitesse (sur 5 rattrapages) : 15,03 secondes - Grégory Bisiaux (Lyon, 1991)9
  • Endurance (sur 5 minutes) : 80 rattrapages - Yves Caze (Dijon, 1998)
  • Aussie round : 94 pts / 100 - Charles Richard (Lausanne, 2003) - Olivier Chelmas (Viareggio, 2012), Maximum de temps en l'air : 71,49 secondes - Sonia Appriou (WBC Roma, 2010)
  • Précision : 95 pts /100 - Rémy Chauveau (Sancoins, 2006)
  • Figures acrobatiques : 179 pts - Stéphane Gigon (Charleville M., 2001)
  • Distance : 166 mètres - Antoine Hernandez (Mühlacker, 2001)

Source Wikipedia