Ligue Paris Ile de France de Vol Libre

J4 : Les choses sérieuses.

Après le rituel du petit dej, direction Bergiès au dessus de Séderon, pour une manche. Les conditions s’annonce fumantes. Au Briefing ce sont 92 kms en course au but qui sont annoncés entre Séderon, Sisteron retour vers le déco de la Platte et Laragne. Le Start en Sortie de 8 kms permet 2 grosses options. La première consiste à suivre le relief entre Séderon et Sisteron en volant sur les faces Sud sous le Vent, mais haut. La seconde consiste à aller chercher au Vent la crête de Laragne, pour ensuite fondre avec le vent de cul sur la B1. Les 2 options sont bonnes, mais la première reste meilleure.

Au déco de Bergiès

Lire la suite : CdF2013 — Baronnies Provençales (Jours 4) -...

J1 – Arrivée.

Arrivé et inscription des pilotes entre 16h et 20h. On se retrouve tous à Nyons pour l’inscription. Le mistral est déjà présent, mais le soleil est là. Ca commence à sentir l’été... Un petit briefing sur les vautours que l’on devrait croiser en vol par un spécialiste et  nous voici autour du pot de bienvenue.

 

J2 – Découverte de la plaine de St Jalle.

8h15 : Arrivé au QG, un petit déjeuner digne des rois nous attend. Au menu, produit locaux, confiture et nectar d’abricot, pain, fromage de chèvre frais , huile d’olive , miel, fruits secs... Un vrai festin.  S’en suit un premier briefing. L’organisation croit en une manche sur un petit site face au Nord. Direction le Col d’Ey (Le mistral aurait il faiblit ?) . Arrivé au déco, le vent du Nord est déjà bien présent. Le temps de récupérer les sandwichs (Enorme Sandwich ou plutôt de type gastronomique. L’un des plus beau/Gros jamais vu en compet au dire des pilotes...) et tout le monde se prépare.   

Vue de la plaine de St Jalle au dessus du Col d'Ey. Au fond le village de St Jalle, et à droite le Soubeyrand, Futur déco des manches 2,3,4.

Après une bonne demi-heure, de DE nous fait le briefing et nous informe que le risque de renforcement du vent est trop grand. Pas de manche. Du coup , tous le monde ou presque ce met en l’air pour profiter des quelques minutes que nous avons pour découvrir du ciel la plaine de St Jalle, au cœur des Baronnies provençales. S’en suit une petite heure de vol autour du plateau.

Lire la suite : CdF2013 — Baronnies Provençales (Jours 1 à 3) -...

Vendredi, nous partons avec José, Nicolas, Francis et moi-même pour Thonon Orcier, franchement affamés de compétition mais très septiques sur le déroulement de celle-ci. Pourtant, lors du premier briefing, sous un ciel très chargé, les organisateurs se montrent plutôt confiants (intox ou réalité ?) Et effectivement, la manche est lancée : un temps mini de 31,9 km avec 4 balises dont 2 en plaine. Dit comme ça, ça n’a pas l’air terrible mais, avec les conditions plutôt modestes (plaf à environ 1600 m, 10 km d’ouest, pas de brise), cela a permis de réaliser une manche intéressante avec des difficultés croissantes. José, Nicolas et moi cheminons plus ou moins ensemble une bonne partie du parcours. Je les laisse avant B3, préférant attendre au relief le passage d’une grosse zone d’ombre. Pendant ce temps, Francis, jusqu’à maintenant à la traîne, fait le choix d’un cheminement différent, plus efficace et du coup rattrape José et Nico et me passe devant ! Malheureusement, aucun de nous ne boucle. Le manque de brise ne nous permet pas de remonter suffisamment au relief pour cela.

Equipe de de ligue à Thonon

Bravo aux organisateurs et au D.E. qui, malgré la météo incertaine, ont su mettre en place une belle manche. A recommander également pour l’ambiance et la convivialité… et les sandwichs copieux !

Résultats : ici.

Nos pilotes de l'équipe ont d'autres talents cachés, voici deux créations de Patrice M. réalisées sur le site de Berga où nous avons volé la semaine dernière.

Au déco de Berga

 

Atterro d'Avia

Nous commençons par plier bagage à la pension Theresa qui nous a accueilli durant notre séjour à Avia, avant d'entamer notre dernier petit déjeuner gargantuesque au café de la place.

Comme les deux matins précédents, le ciel est au bleu et le fond de l'air est frais. Le site se trouve au point mort d'un régime de vent fort venant de France et contournant les Pyrénées, faisant des décollages que nous pouvons voir du café parmi les seuls praticables de la région.

Vue du déco Tremplin

Nous nous dirigeons tant bien que mal, au rythme d'un moteur de voiture supportant difficilement la rude montée, vers le décollage "tremplin" prés du sanctuaire de Queralt; de rares vautours profitent des premières ascendances, tandis que la décision est prise d'abandonner ce décollage trop escarpé.
Nous montons alors aux antennes de Rasos de Peguera, mais faute d'une bonne connaissance du chemin d'accès au décollage et compte-tenu des nuages coiffant le sommet, nous nous rabattons finalement sur le décollage "Maria 1".

Vue depuis Avia

Tandis que Jean-Claude et Patrice conduisent la voiture en réparation. Un briefing concis de l'assistant-coach Michel, et nous voilà en l'air. Notre mission :
1. être tous au start en même temps
2. marquer un seul point dans le rayon des balises

Le parcours : deux aller-retour sur la crête du sanctuaire / Maria 3 / lac / attero.

Récit de mon vol : malgré 4 points bas sous le décollage, je finis par m'extraire et rejoindre par le bas mes collégues qui patientent au nuage en attendant le start. Un dernier thermique m'est favorable et me positionne avantageusement en altitude sur la crête, mais je fais un virage de trop qui me coûte 30s au start, autant de temps perdu sur le leader que je ne rattraperai évidemment jamais.

Pascal

Toutefois, il me sert de liévre tandis que Francis, quelques secondes derrière moi, maintient la pression. C'est l'occasion de mettre à profit l'assurance acquise durant les trois derniers jours dans les thermiques de printemps espagnols, pour tendre l'accéléro : un peu sur le relief, beaucoup en transition, passionnément sur le glide final.

Quelques petits tours pour le plaisir aprés le franchissement de l'arrivée, et il est temps de se poser pour pouvoir partir en vitesse vers la compétion du Revard qui a lieu le lendemain (8h de route...).
En route pour la France, quelques km aprés Berga, nous passerons sous un rideau de pluie, tandis que la Tramontane sévit aprés les reliefs : nous étions au bon endroit.

 

Aujourd'hui, mercredi 1er mai, le temps est splendide.
Le vent, un peu trop Ouest, nous oblige à changer de Déco. Direction Segunda Maria à 2km. Mais nous, nous nous sommes attachés au déco d'hier, on veut y revenir. STP coach...

OK... start à 14h30 pour une petite manche de 23km dans un mélange de montagne et de plaine Catalane. Plaf à 2500.

C'est parti ! 

Que du bonheur : quand même dur à l'extraction pour rejoindre la première balise, et puis ça monte de partout sur la crête ! Ça monte aussi en plaine ! Ça monte encore sur l'atterro !

Misère, maintenant faut que je travaille à ne pas faire le plafond tout le temps car j'arrive bien trop haut !

Décidément on progresse vachement vite chez les Catalans.

Au goal !

Merci Michel et Patrice pour cette manche de folie.

 

La météo n'étant pas au top sur la France, nous avons entamé Lundi une longue migration vers l'Espagne. Destination Berga/Manresa.

La journée de Lundi se passera sur la route, avec de la pluie à partir de Limoges et nous ferons une escale à Pamiers afin de faire une vraie nuit.

L'équipe au col Puymorens

Mardi, nous prenons la route à 8h pour arriver à Berga en fin de matinée.

A midi, nous sommes au parking du déco (980m), les nuages sont justes au dessus, mais le plafond s'élève progressivement, après un ravitaillement digne des compétitions, nous allons au déco pour découvrir un site superbe avec une ligne de crête derrière à 2000m, et une plaine recouverte de cumulus.

Luc au travail

Cette première séance d'entrainement sera sous le signe du vol de reprise, le coach nous propose manche libre, chacun volant selon sa convenance.

Certains d'entre nous ferons des plafs à 2400m, visiteront les 10km de crêtes derrière et iront même faire un tour en plaine.

 

La suite demain, cette fois-ci avec des balises, et une vraie manche d'entraînement.